Marianne Quinzin

Au commencement, la couleur ! 

Poser la peinture, agir sur la matière. 

Cacher, couvrir, puis être spectateur de ce qui existe hors de soi. Enlever, gratter, rayer, poncer, laver. Laisser émerger une lumière qui n’existe pas, jouer avec les épaisseurs et les transparences pour que le fond  et la forme souvent se confondent, faire exister plusieurs niveaux de lectures possibles. Laisser parfois le  sujet transparaître, s’imposer peut-être dans un deuxième temps. 

Construire des espaces imaginaires empreints de souvenirs, des paysages intérieurs et paysages dans le  paysage. 

Va et vient permanent entre volonté et hasard, jeu entre intention et accident, parti pris et utilisation de  l’imprévu. 

Entre figuration et abstraction, le travail de Marianne Quinzin évoque la nature et les éléments naturels.  Paysages, ciels, eau, montagnes et rochers sont pour elle des sources d'inspiration inépuisables. Elle aime  suggérer plus que représenter, laisser libre court à l'imagination du spectateur et susciter son émotion. 

Ses affinités artistiques sont variées et éclectiques. 

La lumière chez Turner, la puissance des vibrations colorées et la rigueur des compositions de De Staël, la  liberté explosive de Joan Mitchell, la maîtrise technique et l'étendue de l’œuvre de Gerhard Richter tantôt  figuratif et tantôt abstrait. 

Les mouvements artistiques qui influencent sa peinture sont principalement l'expressionnisme abstrait et  l'abstraction lyrique, en particulier le travail de Zao Wou-Ki pour la recherche de la lumière, le jeu de  transparence et d'opacité, l'alternance de vide et de plein. 

Marianne Quinzin est diplômée des Arts Décoratifs et de l'école Nationale des Beaux-Arts de Lyon. Elle se consacre pleinement à la peinture depuis une vingtaine d'années, elle vit et travaille à Rouen. Son travail est présent dans de nombreuses collections privées en France et à l'étranger.